Tanzanie : Transformer la vie des femmes et des enfants

Home » Histoires du terrain » Tanzanie : Transformer la vie des femmes et des enfants

Une femme vraiment remarquable transforme les vies de femmes et d’enfants et de communautés entières.  

Aginatha Festo Rutazaa est une travailleuse communautaire qui vit dans le petit village de Moshi près du Mont Kilimanjaro en Tanzanie. En 2009, lors de sa participation au Programme international de formation aux droits humains (PIFDH) d’Equitas à Montréal, Aginatha découvre qu’en habilitant les femmes traditionnellement marginalisées et à risque et en leur donnant un pouvoir financier, celles-ci pouvaient résoudre bon nombre de leurs problèmes et améliorer elles-mêmes leurs conditions de vie. La quête d’Aginatha pour un monde meilleur venait de s’amorcer!  

 

Dès son retour en Tanzanie, cette mère célibataire de deux enfants décide de quitter un emploi stable pour créer une nouvelle organisation nommée Tusonge – « Allons de l’avant » en Swahili. Elle met sur pied des ateliers où elle initie aux rouages de l’emprunt et de l’investissement des femmes qui travaillent au marché. Elle les aide à développer un plan d’action pour améliorer leur statut en tant que femmes – ce plan sera présenté au public et fera partie des sujets discutés lors de la campagne électorale. Elle incite les femmes à se porter candidate aux élections, les aide à obtenir du crédit et à se battre pour leur droit à l’héritage.  

Puis, un vent de changement s’est mis à souffler sur la petite communauté… Les femmes ont commencé à s’exprimer et à être écoutées. Elles se sont déplacées pour aller voter et certaines se sont fait élire au niveau du district. Parce que leurs affaires sont de plus en plus florissantes et qu’elles gagnent plus d’argent, elles envoient leurs enfants à l’école. Elles investissent et gèrent le cycle du crédit, prêtent de l’argent à d’autres femmes et appuient d’autres membres de la communauté dans le besoin. Elles peuvent acheter de meilleurs aliments, ce qui améliore leur santé, celle de leurs enfants et de personnes atteintes du VIH/SIDA. De plus, elles ont pu aider une veuve à reprendre possession de sa maison matrimoniale après en avoir été chassée à la mort de son mari, comme le veut la coutume. Du jamais vu!  

Ces femmes marginalisées dont plusieurs sont infectées par le VIH/SIDA et qui, hier encore, vivaient au jour le jour en travaillant au marché, étaient sans recours et incapables de prendre soin d’elles-mêmes et de leur famille, sont aujourd’hui en mesure de plaider en faveur de leur droit de vote et de se faire élire, de créer et de gérer des cycles du crédit, de développer leur commerce, d’améliorer leur santé et celle de leur famille et d’envoyer leurs enfants à l’école…et cela en moins d’un an!!!   

 

« C’est Equitas qui m’a inspirée à créer cette organisation pour venir en aide  

aux femmes, nous confie Aginatha. Le PIFDH m’a ouvert les yeux.  

Il m’a permis de découvrir les forces qui se cachaient en moi. »

Font size - Taille de la police
Contrast - Contraste