Promouvoir la participation politique des femmes en Arménie

Home » Blogue Equitas » Promouvoir la participation politique des femmes en Arménie

ZHANNA HARUTYUNYAN – Arménie

 

Cette histoire fait partie de la série Nous sommes le changement en droits humains pour célébrer le 50e anniversaire d’Equitas (#Equitas50). Tout au long de l’année 2017, découvrez les histoires de 50 défenseur-e-s des droits humains. Ce ne sont là que quelques leaders parmi des centaines qui, avec l’appui d’Equitas, changent des vies à travers le monde par l’éducation aux droits humains.

Zhanna Harutyunyan croit au pouvoir des relations humaines. « Je travaille pour et avec les gens », a déclaré la chargée de projet, âgée de 37 ans, du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) sur les questions liées aux femmes et à la démocratie locale.

Comment en est-elle arrivée là?

Lorsqu’elle avait 19 ans, un ami a demandé à Zhanna si elle souhaitait l’accompagner à des cours d’anglais au YMCA. La maîtrise de l’anglais lui a permis de saisir plusieurs nouvelles opportunités. À 22 ans, Zhanna travaillait avec des instructeurs d’éducation civique au sein d’une organisation internationale, qui étaient experts en droits des électeurs et d’autres enjeux législatifs. Son travail consistait à « aider d’une manière ou d’une autre ce groupe d’experts impressionnants, qui avaient deux fois [son] âge, à enseigner en collaboration avec les populations locales plutôt que de leur imposer des connaissances ». C’est à ce moment-là qu’elle sut qu’elle voulait devenir plus qu’une enseignante en s’impliquant auprès d’organismes à but non lucratif et des communautés locales.

Zhanna a été acceptée en 2004 à participer au Programme international de formation aux droits humains (PIFDH) d’Equitas à Montréal, au Canada. Bien que le programme ne dure que trois semaines, il a eu un tel effet qu’il a littéralement changé le cours de sa vie.

« J’ai compris le sens de la chanson « Imagine » de John Lennon. Lorsque j’ai vu tant de personnes brillantes et dévouées provenant de milieux variés et travaillant collectivement, je pouvais « imaginer que le monde pourrait ne faire qu’un ». Mon niveau de tolérance a augmenté de 100 %. Aujourd’hui, lorsque je travaille avec des groupes, si quelqu’un ne fait pas le travail comme on le souhaiterait, c’est à moi de les comprendre plutôt que de les critiquer. Je ne suis pas patiente de nature, mais j’ai appris grâce à Equitas à quel point il s’agit d’une vertu essentielle au travail en droits humains ».  

Zhanna a ensuite trouvé un emploi avec l’organisation Caritas, la branche d’action sociale de l’Église catholique. Dans un projet sur la violence domestique dans sa ville natale de Gyumri, en Arménie, elle a eu recours au théâtre et à la discussion pour sensibiliser les populations locales. Elle a appris que « l’efficacité du programme se mesure par la durée et le dynamisme des discussions ». Elle a mis en pratique ses apprentissages à Equitas pour aider Caritas dans son travail social et communautaire et pour faciliter la transition d’une approche basée sur la charité à une approche fondée sur les droits humains. Ainsi, plutôt que de dire « vous êtes pauvre, vous avez besoin de nourriture », on préconisait plutôt « vous avez un droit fondamental à une bonne nutrition, à une hygiène, à une eau saine et à l’information ». Cette approche a entre autres permis à l’organisation d’obtenir des fonds importants pour les soins des personnes âgées en Arménie du Nord.

Au cours de ses 6 ans de travail à Caritas, Zhanna est retournée à Equitas à plusieurs reprises comme animatrice et co-animatrice au PIFDH. En 2010, son expertise a été reconnue par l’obtention de la bourse Muskie de l’Université d’État de New York, Binghamton, dans le cadre d’une maîtrise en administration publique et d’un certificat en gestion dans le secteur à but non lucratif.

Aujourd’hui, Zhanna est chargée de projets pour le PNUD dans le cadre du projet « Femmes et démocratie locale ». Basée dans la capitale d’Erevan, elle crée des manuels, des films et des programmes de sensibilisation qui aident les femmes à s’impliquer davantage en politique locale.

« Les femmes arméniennes détiennent 60 % des diplômes universitaires, mais n’occupent que 2 % des postes de maire et 10 % des emplois au sein des conseils communautaires ».

Elles doivent souvent avoir un emploi en plus de faire tout le travail manuel et ardu à la maison. Par conséquent, il leur est souvent difficile d’imaginer pourquoi elles s’impliqueraient en plus au sein de leur conseil municipal.

« Je leur demande souvent : ‘qui fait les finances de votre ménage?’ ‘Je le fais, bien sûr.’ Puis, je leur demande : ‘Est-ce que vous laisseriez le conseil municipal gérer les finances de votre ménage?’ et elles me répondent ‘Bien sûr que non!’ C’est pour cela que vous devez vous présenter aux élections, parce que cet argent appartient aux gens de la ville et qu’il doit être bien géré. »

J’ai demandé à Zhanna quels étaient ses projets futurs. Elle considère que ce qu’elle a appris à Equitas — qu’une personne influence une autre, puis une famille, puis une ville, puis un pays — l’encourage à repousser ses limites. « Je veux explorer le monde, travailler à l’international, obtenir mon doctorat ».

Une chose est claire — peu importe où la vie la mènera, Zhanna Harutyunyan continuera à travailler pour et avec les gens, les aidant à imaginer un monde pouvant ne faire qu’un.

 


ZHANNA HARUTYUNYAN – Arménie
Chargée de projet, Programme des Nations Unies pour le développement – Femmes et démocratie locale

Participante, Programme international de formation aux droits humains (PIFDH) d’Equitas, 2004; Co-animatrice du PIFDH, 2007 ; Animatrice du PIFDH, 2009 et 2016


Histoire rédigée par Pamela Pacelli Cooper, Verissima Productions. www.verissima.com
Membre de l’Association of Personal Historians

 

 

Le Programme international de formation aux droits humains d’Equitas est en partie réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.

Avez-vous aimé cette histoire? Appuyez-nous! Même les plus petits dons peuvent aider Equitas à remplir sa mission.

Font size - Taille de la police
Contrast - Contraste