Les dangers auxquels font face les défenseurs des droits humains

Home » Blogue Equitas » Les dangers auxquels font face les défenseurs des droits humains

Hier, je me suis rappelé une fois de plus du courage et de la détermination qu’il faut avoir pour être une éducatrice et un défenderesse des droits humains quand nous avons appris que Mme Asma Jahangir, récipiendaire du Prix 2012 Equitas pour l’éducation aux droits humains et une ancienne participante du Programme international de formation aux droits humains en 1990, reçoit des menaces de mort très sérieuses dans son Pakistan natal. Je connait Asma depuis près de 20 ans et j’ai eu la grande chance de passer presqu’une semaine avec elle quand elle était au Canada au mois d’avril passé pour recevoir notre prix. À de nombreuses reprises, elle a été interrogée sur les risques auxquels elle fait face sur une base quotidienne – elle a déjà eu des tentatives sur sa vie et des menaces. Tout en reconnaissant le danger, elle a répondu qu’elle ne serait pas réduite au silence par ceux qui nient l’égalité des droits et le respect fondamental de la dignité humaine de tous. C’était une source d’inspiration et une leçon d’humilité. Asma est ciblée pour les mêmes raisons qui ont fait d’elle une digne récipiendaire de notre prix. Elle est l’une des principales défenderesses des droits humains au Pakistan et une critique virulente du gouvernement et des forces de sécurité dont les actions au Pakistan nient les droits des femmes, des minorités religieuses et des enfants tout particulièrement. Elle était le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction de 2004 à 2010. Auparavant, elle a servi comme Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, arbitraires et sommaires ainsi que Présidente de la Commission des droits de la personne du Pakistan. Au moment où j’écris ceci, Equitas a le privilège d’accueillir 108 personnes aussi courageuses et dévouées venant de 56 pays – y compris une jeune femme de l’organisation d’Asma à Lahore – pour les 3 prochaines semaines dans les environs tranquilles de Ste-Anne-de-Bellevue sur la pointe ouest de l’île de Montréal. Dans trois semaines, ils vont rentrer chez eux et beaucoup d’entre eux feront face à des risques personnels et devront confronter d’énormes défis tout en continuant leur travail pour promouvoir l’égalité, l’inclusion, le respect et la responsabilité. Je souhaite que nous pourrions offrir une meilleure protection contre les dangers auxquels ils seront confrontés. Cependant, je me réconforte de savoir que les connexions et les réseaux qu’ils feront au cours des trois prochaines semaines peuvent leur offrir de la solidarité et des leçons apprises dans les moments difficiles. Dans le cas d’Asma, nous demandons à notre réseau mondial d’anciens participants et participantes (qui compte plus de 3500 défenseurs des droits humains à travers le monde) d’écrire et exprimer leurs inquiètudes aux autorités pakistanaises. Si vous souhaitez le faire, s’il vous plaît écriver aux autorités pakistanaises pour les exhorter à assurer la protection d’Asma et à enquêter vigoureusement les allégations selon lesquelles les forces armées et les services de renseignement ont comploté pour la tuer. Les messages peuvent être envoyés à: Le Président Zardari Secrétariat du Pakistan Islamabad, Pakistan Fax: 00 92-51-9207458 E-mail: publicmail@president.gov.pk Formule d’appel: Dear President Zardari Dr Zaheeruddin Babar Awan Ministre fédéral Ministère de la loi, de la justice et des affaires parlementaires Salle 305, S-Block Secrétariat du Pakistan Islamabad, Pakistan Fax: 00 92 51 9202628 E-Mail: minister@molaw.gov.pk Formule d’appel: Monsieur le Ministre, S’il vous plaît également copier l’ambassade du Pakistan ou du haut commissariat si il y en a un dans votre pays. Ian Hamilton

Font size - Taille de la police
Contrast - Contraste