L’éducateur en droits humains Sang Hnin Lian témoigne de son expérience au PIFDH et de son travail à Chin Human Rights Organization

Home » Blogue Equitas » L’éducateur en droits humains Sang Hnin Lian témoigne de son expérience au PIFDH et de son travail à Chin Human Rights Organization
Chin Human Rights Organization

 

Au cours des 17 dernières années, quatre défenseurs des droits humains de Chin Human Rights Organization ont participé au Programme international de formation aux droits humains d’Equitas. Le dernier d’entre eux est Sang Hnin Lian, qui a participé au programme en juin dernier.

 

Établie en Birmanie/Myanmar, la CHRO comprend quatre programmes : un sur les peuples autochtones, un programme de développement, un sur la documentation au sujet des droits humains, de la paix et de la bonne gouvernance, et un dernier sur l’éducation aux droits humains et à la liberté de religion. Lian est responsable du dernier volet.

 

Lian enseigne plus particulièrement les droits humains à l’université Chin Christian et travaille avec les organisations religieuses pour promouvoir la coexistence pacifique en Birmanie/Myanmar. Lian explique que c’est la première fois que l’éducation aux droits humains fait partie intégrante du programme scolaire d’une institution privée et chrétienne dans son pays. C’est l’un des exemples qui témoignent de l’impact du travail de plusieurs années de Lian et de son organisation.

 

Photo par Samer Sharif

 

À l’université, Lian donne des conférences sur les droits humains à des étudiants de différents programmes, que ce soit en théologie, en commerce ou en arts libéraux. La semaine passée, il a incorporé des éléments appris au PIFDH dans sa conférence destinée aux étudiants en commerce. Selon lui, le savoir acquis pendant le programme était nouveau et unique.

 

« Equitas a des conceptions et des stratégies bien différentes », explique Lian. « Le programme est centré sur les participants, nous partageons tous notre propre expérience et le programme est basé sur les participants eux-mêmes. Les autres formations auxquelles j’ai participé étaient basées sur des experts, des modèles ou étaient conçues pour des étudiants en droit. Le PIFDH est conçu pour un groupe très diversifié de personnes. »

 

En effet, l’approche participative est un des aspects uniques du programme. En offrant un espace où chacun peut être entendu et où leurs voix ont la même valeur, les participants apprennent comment les questions sociales affectent différentes personnes. Cela débouche souvent sur de meilleures perspectives pour traiter des conflits sociaux contemporains les plus clivants.

 

Lian dit avoir apprécié d’être exposé aux luttes des Peuples autochtones du Canada lors d’une présentation du secrétaire de la Nation Mohawk à Kahnawake, Kenneth Deer, puisque la CHRO se concentre aussi sur le développement des droits des peuples autochtones au Burma/Myanmar. Parmi toutes les présentations données pendant le programme, il a accordé beaucoup d’importance sur le fait d’avoir appris comment les droits autochtones diffèrent à travers le monde.

 

La décision de Lian de faire carrière dans les droits humains a plusieurs raisons. Son propre vécu d’oppression religieuse et ethnique, qui se profile actuellement au Burma/Myanmar à la suite de l’une des plus longues guerres civiles du monde, est une raison. La deuxième est sa foi dans la responsabilité personnelle de demander mieux.

 

« On ne peut pas toujours dépendre de quelqu’un d’autre qui vient d’un autre endroit ou d’un autre pays pour parler en notre nom », dit Lian. « [Nous devons] parler pour nous-mêmes ».

 

Cela ne veut pas dire que l’aide n’est pas la bienvenue ou appréciée. Comme mentionné ci-dessus, la CHRO envoie des défenseurs des droits humains participer au PIFDH depuis 2001 pour qu’ils puissent revenir et utiliser les compétences acquises pour être plus efficaces dans leurs méthodes d’enseignement des droits humains. Lian dit que c’est parce que le PIFDH est modifié et adapté au fil des années pour s’adapter aux participants venus des quatre coins du monde, qu’il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre d’une année sur l’autre.

 

 

En plus de former les éducateurs aux droits humains au PIFDH, Equitas travaille aussi activement au Burma/Myanmar en s’attaquant aux problématiques liées à la violence continuelle contre les minorités religieuses et ethniques dans le pays après cinq décennies de régime militaire. L’attention est portée sur la promotion des droits humains, l’inclusion et l’harmonie religieuse et sur le fait d’habiliter les communautés à résister au conflit violent. Pour en apprendre plus, cliquer ici.

 

En partenariat avec le International Centre for Ethnic Studies, Equitas organise aussi un forum et des ateliers de cinq jours à Colombo, au Sri Lanka cet automne, dans le but de promouvoir des projets liés aux droits humains, à l’inclusion et à l’harmonie religieuse. Plus particulièrement, ce projet a pour objectif :

 

  • d’étendre la compréhension des professionnels et des chercheurs militants travaillant sur le sujet ;
  • d’améliorer la capacité des acteurs des droits humains et de ceux travaillant sur le terrain pour répondre aux conflits et aux tensions aux niveaux local et national ; et
  • de chercher des possibilités pour intervenir aux niveaux local, national et mondial.

 

Pour plus d’information et pour obtenir l’horaire détaillé du forum/atelier, cliquer ici.

 

Par Katelyn Thomas, stagiaire aux communications pour Equitas

Font size - Taille de la police
Contrast - Contraste