fbpx
 

Comment les jeunes de Medicine Hat s’attaquent à l’intimidation et au racisme

Home » Nouvelles » Dernières nouvelles » Comment les jeunes de Medicine Hat s’attaquent à l’intimidation et au racisme

Autonomiser les jeunes pour qu’ils deviennent des agentes et agents de changement 

Pour le Conseil consultatif de jeunes nouveaux arrivants de Saamis (Saamis Newcomer Youth Advisory Council), groupe responsable de mettre en œuvre un Projet d’action communautaire (PAC) et composé de jeunes nouvellement arrivés au Canada, s’attaquer aux enjeux liés au racisme, à l’intimidation et aux stéréotypes dirigés contre les nouveaux immigrants est d’une importance capitale pour bâtir des communautés plus sûres et plus inclusives. Dans le cadre du programme Parlons droits d’Equitas et dans le contexte de leur PAC, ce groupe de jeunes a lancé à Medicine Hat (Alberta) plusieurs activités conçues pour renforcer la capacité des jeunes de s’exprimer ouvertement sur l’intimidation et le racisme qu’ils subissent. Les activités visent principalement à sensibiliser et à éduquer le grand public sur comment reconnaître ces enjeux majeurs et s’y attaquer. Le Conseil consultatif de jeunes nouveaux arrivants a été créé par Francisca DeWever, agente d’établissement à l’Association des services d’immigration Saamis (Saamis Immigration Service Association). Convaincue que les jeunes ont la capacité de devenir des agentes et agents de changement dans leur propre communauté, Francisca a utilisé ses connaissances acquises dans les trousses et formations d’Equitas pour les aider à se responsabiliser et à renforcer leur capacité de s’opposer à l’injustice et de susciter le changement. 

Selon Francisca, les jeunes, en tant que leaders de demain, ont le droit d’être traités avec respect, d’exercer des rôles de leadership et de se faire entendre afin d’apporter un vent de changement dans leurs communautés. Dans le cadre du programme Parlons droits, les jeunes du Conseil consultatif ont été en mesure de cibler l’intimidation et le racisme comme étant les préoccupations les plus pressantes en matière de droits humains dans leurs communautés, et d’élaborer un plan en vue de s’y attaquer. 

Sensibilisation et éducation

Bon nombre des activités conçues par ces jeunes consistent à visiter des groupes de jeunes et des centres jeunesse afin de discuter d’intimidation et de racisme. Tous les membres du Conseil consultatif ont suivi une formation offerte par Equitas et une grande partie de leurs activités se fonde sur cette formation. Francisca affirme que la trousse Parlons droits et l’activité « l’Arbre de droits des enfants » sont deux outils d’importance fournis par Equitas. L’activité permet aux jeunes de découvrir les causes profondes de l’intimidation, d’apprendre comment la reconnaître et d’explorer des façons de s’y attaquer. Selon Francisca, cette activité ouvre la porte aux conversations sur « le pourquoi de l’intimidation », et favorise un choix éclairé d’actions pour y faire face. 

En plus de ce qu’ils ont appris à la formation Parlons droits, une partie du message que ces jeunes veulent faire passer est que le phénomène de l’intimidation va au-delà des écoles – « l’intimidation se manifeste dans les centres de loisirs, à l’épicerie, dans les centres commerciaux… et parfois, l’intimidation commence à la maison. » En sensibilisant à l’intimidation – et comment elle chevauche le racisme dont sont victimes beaucoup de jeunes nouvellement arrivés au Canada – les jeunes du Conseil consultatif souhaitent inspirer d’autres jeunes à militer contre l’intimidation et le racisme, et à bâtir des communautés plus inclusives. 

Bien que les activités aient été adaptées pour être conformes aux lignes directrices en matière de santé publique imposées par les gouvernements en raison de la COVID-19, ces jeunes ne se laissent pas arrêter par une pandémie ! Ils font d’ailleurs preuve de créativité : au cours du mois d’août, ils installent des kiosques dans les parcs et continuent de sensibiliser et d’éduquer le public quant à l’intimidation et au racisme. 

Entamer un dialogue avec les décideuses et décideurs

Afin de diffuser leur message et de maximiser leur impact, les jeunes du Conseil consultatif se sont inspirés d’une suggestion dans la trousse Parlons droits : ils ont invité à leurs réunions des décideuses et décideurs – notamment des membres de la police, des membres du conseil municipal – qui ont participé à leurs activités. Les jeunes ont à leur tour été invités à rencontrer le conseil municipal pour parler d’intimidation et de racisme. Lors de cette rencontre, les jeunes ont livré un message fort :

« Nous sommes ici au nom de tous les jeunes, victimes d’intimidation et de racisme… Nous voulons que la communauté sache que cela se passe à Medicine Hat, et que cela touche non seulement les jeunes, mais tout le monde. »

Cette rencontre avec les conseillères et conseillers municipaux a été une formidable occasion pour les jeunes de se faire entendre sur une plateforme municipale, et de souligner les enjeux qui les touchent le plus dans leur vie. À la suite de cette visite, ces jeunes ont été invités à présenter une demande pour être représentés au Conseil consultatif jeunesse de Medicine Hat. Cette occasion incroyable leur offre la possibilité d’avoir un plus grand impact en s’engageant auprès des décideuses et décideurs et en faisant entendre leurs voix. Bien que ce processus ait été interrompu en raison de la COVID, le Conseil espère qu’il se poursuivra lorsque la pandémie sera chose du passé et que ses activités reviendront à la normale. 

L’intimidation et le racisme sont des problèmes auxquels sont confrontés non seulement les jeunes, mais toutes les communautés. L’éducation aux droits humains pour s’attaquer à ces enjeux est essentielle si nous voulons bâtir des sociétés plus inclusives et promouvoir un plus grand respect des droits humains. Pour Francisca, grâce à ces activités et avec l’aide d’Equitas, les jeunes du Conseil consultatif de nouveaux arrivants de Saamis sont en mesure d’inciter d’autres jeunes à non seulement s’engager activement dans la communauté, mais à militer incessamment en faveur des droits humains en vue d’un changement positif dans leur propre communauté. 

Font size - Taille de la police
Contrast - Contraste