Assurer la dignité des populations marginalisées au Burkina Faso

Home » Blogue Equitas » Assurer la dignité des populations marginalisées au Burkina Faso

LUCIEN KABORÉ – Burkina Faso

 

Cette histoire fait partie de la série Nous sommes le changement en droits humains pour célébrer le 50e anniversaire d’Equitas (#Equitas50). Tout au long de l’année 2017, découvrez les histoires de 50 défenseur-e-s des droits humains. Ce ne sont là que quelques leaders parmi des centaines qui, avec l’appui d’Equitas, changent des vies à travers le monde par l’éducation aux droits humains.

 

Burkina Faso signifie littéralement « pays des hommes intègres ». Cette intégrité, Lucien Kaboré la vit au quotidien par son engagement. On dit souvent de Lucien qu’il a la « magie positive » pour désigner son charisme, sa joie de vivre et sa résilience face à l’extrême pauvreté qui touche le Burkina Faso.

 « La pauvreté est un phénomène qui dégrade vraiment l’être humain. Dans cette situation, la dignité diminue : il n’est plus possible d’aller dans les centres de santé, on ne peut avoir trois repas par jour, les enfants ne vont plus à l’école. La pauvreté est réelle au Burkina et il faut trouver des moyens pour appuyer les populations à la base ».  

 Voilà qui témoigne de l’importance qu’accorde Lucien Kaboré à la lutte contre la pauvreté auprès des populations marginalisées au Burkina Faso, particulièrement les femmes et les jeunes. Et cette lutte se traduit par des actions concrètes. En 1997, il réalisait son premier forage dans un village dont le seul accès à l’eau était situé à 15 km de distance. Il a aussi contribué à la construction de deux barrages, qui génèrent des emplois pour plus de 120 personnes encore aujourd’hui et a fondé plusieurs établissements scolaires primaires, secondaires et techniques, pour ne nommer que quelques-unes de ses nombreuses réalisations. 

 Un levier pour le changement 

 Aujourd’hui, Lucien vit à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, où il agit à titre de secrétaire permanent de l’organisation Agir Plus, qui intervient dans les secteurs de l’éducation, de l’alimentation, de la santé et de la gouvernance locale. Ses actions s’étendent désormais à plus de six provinces. L’objectif à long terme : pouvoir agir sur tout le territoire du pays. Réelle source de changement, le travail de Lucien Kaboré témoigne d’un désir de redonner la dignité aux populations marginalisées au Burkina Faso. 

Les embûches sont toutefois nombreuses, surtout pour les femmes, principales victimes de la pauvreté.

« Nous transformons nos difficultés en défis à relever », affirme Lucien. 

C’est pourquoi Lucien cherche à financer des activités permettant de briser le cercle de la pauvreté, notamment grâce à un programme de microcrédit qu’il a mis sur pied permettant aux femmes participantes d’intégrer le marché du travail et de mettre fin à leur précarité.  

Lorsqu’on le questionne sur l’une de ses plus grandes réalisations, Lucien mentionne à quel point il est heureux de voir que non seulement les femmes ayant participé au programme de microcrédit ont pu intégrer le marché du travail, mais elles jouent désormais un rôle beaucoup plus actif dans la société, notamment au niveau politique. Certaines d’entre elles sont d’ailleurs devenues conseillères municipales ou ont été élues mairesses de leur village.  

En 2007, Lucien participe au Programme international de formation aux droits humains (PIFDH) d’Equitas à Montréal, qui lui a entre autres permis d’adopter une approche basée sur les droits humains plutôt que l’octroi de services. À son retour, il crée le Réseau Equitas au Burkina qu’il préside encore aujourd’hui et par lequel diverses formations aux droits humains sont offertes.  

À travers le réseau, il a entre autres pu réaliser des formations auprès de conseillers municipaux sur la gouvernance locale, la planification ou le financement. À travers ces formations, les conseillers ont été en mesure de trouver de nouveaux partenaires et donc plus de ressources financières pour des projets à vocation sociale. Il donne l’exemple d’une communauté burkinabé qui, en formant plus de 60 conseillers municipaux, a pu recevoir par la suite du financement de trois villes françaises. Ces financements ont entre autres servi à réaliser une adduction d’eau potable pour les habitants, à installer des bornes-fontaines dans tous les secteurs de la ville, ainsi qu’à doter les femmes de l’équipement nécessaire pour la collecte des ordures ménagères.  

Grâce aux formations offertes par Lucien, plusieurs communautés ont également pris conscience de leurs droits fonciers et d’accès à la terre et se sont adressées aux autorités locales pour dénoncer les activités des compagnies minières présentes sur leur territoire et causant des dommages importants à l’environnement et à la santé des populations. 

En 2013, le Réseau Equitas – Burkina Faso a mené une action collective pour combattre l’exclusion sociale des femmes pour allégation de sorcellerie dans la province du Kourwéogo et dans la région de Boussé. L’activité collective s’est déroulée en trois étapes : une marche à Boussé regroupant plus de 400 participants dont des associations de femmes, de jeunes travailleurs et des chefs religieux et coutumiers; des séances de témoignages des victimes et de leurs familles; et un théâtre-forum en présence de 800 personnes.    

Lucien est conscient qu’il y a encore beaucoup à faire, notamment auprès des enfants qui sont toujours victimes de torture, d’excision et de disparition. Pour lui, le changement social devra nécessairement passer par l’éducation aux droits humains.

« Il faut avoir le courage de dénoncer ces injustices. Et comment avoir le courage de dénoncer cela? C’est à travers la formation aux droits humains ».


LUCIEN KABORÉ – Burkina Faso
Secrétaire permanent d’Agir Plus et président du Réseau Equitas – Burkina Faso
Participant au Programme international de formation aux droits humains d’Equitas, 2007 


Histoire rédigée par Alex Chartrand, rédacteur stagiaire, Equitas 

 

Le Programme international de formation aux droits humains d’Equitas est en partie réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.

Avez-vous aimé cette histoire? Appuyez-nous! Même les plus petits dons peuvent aider Equitas à remplir sa mission.

Font size - Taille de la police
Contrast - Contraste