Sue Montgomery, la femme derrière #AgressionNonDénoncée, animera le Gala d’Equitas au Cirque du Soleil

Home » Blogue Equitas » Sue Montgomery, la femme derrière #AgressionNonDénoncée, animera le Gala d’Equitas au Cirque du Soleil

16 décembre 2014

Lorsque Sue Montgomery, reporter au Montreal Gazette, a lancé #BeenRapedNeverReported (#AgressionNonDénoncée en français) pour parler de sa propre experience d’agression sexuelle, elle ne se doutait pas qu’elle allait lancer un mouvement sur Twitter qui rejoindrait 8 millions de personnes en seulement une semaine. Des femmes du Canada, mais également d’un peu partout dans le monde ont écrit au sujet de leur expérience d’agression sexuelle – plusieurs d’entre elles pour la première fois. Leurs témoignages nous font réaliser à quel point un changement social est nécessaire et urgent, afin qu’il y ait davantage de justice sociale, une plus grande équité entre les sexes et plus de respect. Sue Montgomery animera notre cocktail-gala annuel à Montréal, le 12 février 2015 au siège social du Cirque du Soleil. Nous n’aurions pu espérer une meilleure personne pour prendre part à cet événement et partager ses réflexions sur la violence sexuelle et l’importance de l’éducation aux droits humains. Sue a également accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

« Pour moi il ne fait aucun doute que l’éducation est la première chose à faire. Nous devrions commencer l’éducation chez les plus jeunes et parler de ce qui constitue une relation consensuelle et respectueuse. »

Equitas : Voyez-vous un lien entre Equitas et #AgressionNonDénoncée?

Sue Montgomery : Je crois que oui. J’aime le fait qu’Equitas a des partenaires dans différents pays et est présent partout au Canada. Grâce à ses programmes On ne joue pas avec les droits et Parlons droits Equitas est présent dans les programmes scolaires, les camps d’été et contribue au renforcement des valeurs fondamentales que sont l’égalité et le respect. J’aime aussi le fait qu’Equitas accomplit un travail incroyable avec des moyens très modestes. Enfin, j’aime bien l’idée d’animer le gala d’Equitas parce que c’est toujours une soirée amusante!

Je crois que ce qui s’est passé avec #AgressionNonDénoncée est ceci : tout le monde reconnaît que les femmes ont des droits sauf qu’à mon sens le mouvement féministe était un peu en veilleuse depuis quelques années. Maintenant, nous avons trouvé une nouvelle voie, nous réclamons un changement et nous n’allons pas nous arrêter tant et aussi longtemps qu’il n’y aura pas de progrès significatif en matière de violence contre les femmes. C’est aussi une cause importante pour Equitas, en particulier en ce qui concerne l’éducation aux droits des femmes, partout dans le monde.

Le mouvement #AgressionNonDénoncée a également eu des échos partout dans le monde. J’ai discuté avec des femmes en Inde, au Pakistan, au Kenya… et d’un peu partout ailleurs. Grâce à internet, plusieurs personnes qui n’auraient pas les moyens de participer peuvent maintenant le faire de façon active.

E. : Comment percevez-vous le rôle de l’éducation en matière de violence contre les femmes?

S.M. : Maintenant que de nombreuses personnes parlent de violence sexuelle, que le problème est reconnu – c’est une véritable épidémie de violence contre les femmes, partout au monde – il faut maintenant décider de la marche à suivre. Pour moi il ne fait aucun doute que l’éducation est la première chose à faire. Nous devrions commencer l’éducation chez les plus jeunes et parler de ce qui constitue une relation consensuelle et respectueuse – lorsque l’âge est adéquat bien sûr. Beaucoup de jeunes font leur éducation sexuelle sur internet et parfois c’est complètement irréaliste et très violent. Souvent, ils n’ont personne autour d’eux pour leur dire ce qu’est une relation saine. Alors l’éducation c’est la première étape vers un changement social durable.

Il va sans dire que les hommes doivent prendre part à la discussion, eux aussi. La violence contre les femmes n’est pas juste un problème de femmes : c’est d’abord un problème d’hommes. Les hommes doivent donc être plus présents. Ceci dit, je ne veux pas du tout d’un conflit du genre « eux contre nous » : il faut qu’il y ait coopération. Lorsque je regarde la génération montante, je constate un certain désir pour les hommes de participer à ce changement. Je crois que c’est le genre d’engagement qui est nécessaire. Il y a sans doute plus d’hommes comme cela dans ce groupe d’âge que parmi les hommes de ma génération.

E. : Est-ce que le cocktail-gala peut contribuer à faire passer ce message?

S.M.: Assurément. En ce qui a trait au mouvement #AgressionNonDénoncée, plus on aura des événements semblables et plus les gens seront enclins à reconnaître qu’il faut faire de l’éducation aux droits humains, et notamment enseigner aux jeunes l’importance de l’inclusion et de la coopération. Il faut commencer chez les jeunes pour éviter qu’ils tombent dans des rôles traditionnels qui empêchent tout progrès, avec des comportements qui sont destructeurs pour l’ensemble de la société.

Je suis convaincue que la violence contre les femmes est la source de nombreuses maladies mentales, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Car je suis sûre que les hommes violents n’éprouvent aucun plaisir à être ainsi : il y a des causes à tout cela. En combattant la violence contre les femmes nous agissons pour le bien de l’ensemble de la société.

Equitas contribue à cette mission, en particulier avec son programme On ne joue pas avec les droits qui permet de réellement interpeller les gens. Que nous soyons au Canada ou à l’étranger, nous voulons tous les mêmes choses, les mêmes droits et le même respect. Et c’est précisément la raison d’être de #AgressionNonDénoncée : le respect.  Nous devons dire non à la violence.

Si vous souhaitez acheter des billets pour participer au Cocktail Gala d’Equitas ou si vous souhaitez obtenir plus d’information à ce sujet, cliquez ici.

Font size - Taille de la police
Contrast - Contraste