fbpx Skip to main content

La discrimination en contexte de pandémie : ensemble, nous pouvons changer les choses

Presque neuf mois après le début de la pandémie de COVID-19, le monde tente toujours de faire face aux lourdes conséquences sociales, politiques et financières du virus. 

Chez Equitas, nous avons fait preuve de créativité pour revoir nos programmes dans le contexte du télétravail et des restrictions de voyage. En collaboration avec plus de soixante partenaires au Canada et à l’international, nous nous sommes rapidement adaptés pour offrir nos programmes en ligne, tout en conservant notre approche participative d’autonomisation.  

Nous entendons de plus en plus parler de communautés et d’individus dont les voix sont ignorées et dont les droits humains sont bafoués : malheureusement, la pandémie ne fait que souligner les inégalités déjà présentes bien avant la crise actuelle. Les espaces réservés à la société civile et au dialogue rétrécissent, et le racisme et la discrimination systémiques sont de plus en plus évidentsPlus que jamais, de réels changements s’imposent.    

Chez Equitas, nous soutenons ces changements par l’éducation aux droits humains en renforçant le pouvoir d’agir des personnes afin qu’elles se mobilisent pour la justice sociale.  

Par exemple, au cours de la dernière année, Equitas a soutenu des jeunes partout au Canada dans la réalisation de vingt-six Projets d’action communautaire visant à combattre l’injustice et la discrimination et à bâtir des communautés plus inclusives.  

En réponse aux actes de discrimination subis par des personnes noires, autochtones et de couleur, Equitas a offert des ateliers virtuels Protégeons les droits des jeunesà quarante-cinq organismes canadiens. Ces ateliers visent à informer les jeunes de leurs droits et obligations, particulièrement en cas d’interaction avec la police. 

Les ateliers comme ceux-ci permettent aux jeunes de s’exprimer au sujet de leurs réalités, de comprendre leurs droits, de les revendiquer et de répandre les connaissances acquises. Ces jeunes deviennent ainsi des agent-e-s de changement au sein de leurs communautés. 

Destin Bujang est l’un de ces agents de changement. Il est cofondateur du Black Creek Youth Initiative, un organisme par et pour les jeunes à Toronto qui se trouve dans l’un des quartiers les plus financièrement défavorisés de la province.

« Les ateliers d’Equitas ont eu d’excellentes retombées. Nous avons créé des liens et sommes maintenant mieux outillés et mieux informés pour aborder des enjeux précis qui touchent actuellement nos communautés. Les temps changent, tout comme les besoins et les priorités. Avec des formations adaptées et en continu comme celles offertes par Equitas, nos actions auront une plus grande portée auprès de nos communautés. »


La discrimination au-delà des frontières

Dans la région du MoyenOrient et de l’Afrique du Nord, notre projet Rawabet s’attaque aux enjeux relatifs à l’exclusion sociale au moyen d’importants partenariats et d’actions communautaires qui renforcent le pouvoir d’agir des jeunes, des femmes et des personnes en situation de handicap. Par la formation et la transmission d’outils, Equitas encourage les citoyennes et les citoyens à trouver des solutions aux enjeux de droits humains, tels que la discrimination et l’exclusion des groupes marginalisés.  

La pandémie n’a fait qu’exacerber les problèmes relatifs aux droits humains, puisqu’en période de crise, les populations vulnérables peinent à combler leurs besoins fondamentaux et à faire respecter leurs droits.  

Ce fut le cas en Tunisie, au printemps dernier. En effet, l’interprétation en langue des signes et le sous-titrage n’ont pas été intégrés aux messages télévisés du gouvernement. Près de 200 000 personnes sourdes et malentendantes n’ont donc pas eu accès à des renseignements essentiels au sujet de la COVID-19.   

Face à cette situation, les jeunes impliqués dans le projet Rawabet et d’autres acteurs et actrices clés de la société civile tunisienne ont mobilisé des milliers de personnes en soutien à la communauté sourde pour faire valoir son droit à l’information. Grâce à leur formation par Equitas avec son partenaire local, le Centre TuMed, ces activistes ont ainsi pu mettre à profit leurs apprentissages sur l’usage des médias sociaux afin d’entrainer des changements positifs dans la société. 

لغة الإشارات حق موش مزية  – la langue des signes est un droit, pas une faveur  

Ce combat contre la discrimination est rapidement devenu viral et, quelques jours plus tardle discours du président de la République a été simultanément traduit en langue des signesUne première pour la Tunisie ! Ce jour du 23 avril est passé à l’histoire. 

Il existe d’innombrables histoires de changements extraordinaires portés par des personnes dont le pouvoir d’agir a été renforcé grâce aux programmes d’éducation aux droits humains d’Equitas.   

Cependant, la pandémie menace les progrès réalisés par de courageux jeunes et défenseuses-seurs des droits humains, exacerbant du même coup la discrimination. Dans ce contexte il est impossible de favoriser le changement positif sans le soutien de nos donatrices et donateursMalgré tout, Equitas reste déterminé et visionnaire. Nous continuons de renforcer le pouvoir d’agir des jeunes, des défenseuses-seurs des droits humains et de nos partenaires en leur offrant les outils nécessaires pour engendrer de réels changements en ces temps complexes et incertains. 

En faisant un don à Equitas, vous contribuez à éliminer le racisme et la discrimination, et vous encouragez des jeunes à faire valoir leurs droits ici au Canada et ailleurs dans le monde. 

Vous pouvez changer les choses 

Nous vous invitons à faire un don à Equitas, en fonction de vos moyens. Avec une contribution mensuelle de 25 $ ou un don ponctuel de 500 $,
vous pouvez contribuer à bâtir un monde plus sûr et plus équitable pour toutes et tous.